SOKOBAN
Installation in-situ en groupe (2011) Epinal

--> Voir les simulations 3D du dossier de candidature (PDF)
 
 


--> Voir des photos de la réalisation et du montage de l'expo


SOKOBAN

Thomas BELLOT, Jonathan COLIN, Vivien ROUSSEL (cf liens)
La Plomberie, 46 rue St Michel 88000 Epinal
Du 23 juillet au 3 Septembre 2011
Cette exposition est issue de la fédération de trois amis et anciens étudiants de l’ENSA de Nancy. La « Plomberie » nous a séduit par ces volumes et ses qualités architecturales. Nous avons constaté que les expositions s’y déroulant ne tenaient jamais compte de l’espace. Ainsi s’en suis une réaction épidermique de notre part qui nous à poussé à faire une proposition à l’association « La lune en parachute » qui gère la « Plomberie ».
Nous avons cherché ici à mettre en valeur des éléments structuraux tout en jouant sur la déambulation et le point de vue. L’arche d’une porte-fenêtre et les barrières de la mezzanine sont ainsi dupliquées à l’identique vers certain axes du lieu : en courbe descendante vers le centre du bâtiment, ou à 45° vers l’extérieure pour les barrières. Deux grandes toiles bleues transparentes aux reflets hypnotiques coupent l’espace. On les croirait tombées du ciel et encastrées dans les volumes de la « Plomberie ». C’est trois pièces modifient la déambulation dans cette espace de 600m² et offrent un regard différent par leur simple occupation de l’espace. La qualité de la lumière naturelle du lieu souligne l’ambiance « brut » des réalisations qu’offrent le sapin, le chêne et le voile.
Nous souhaitons travailler avec des fournisseurs locaux afin que cette intervention in-situe le soit aussi par ses matériaux. Le sapin vient donc de Saint-Dié des Vosges (scierie Mandray), le Chêne de Mirecourt (Mr Bazard, ébéniste) et le voile d’Epinal (APL tissus). Les échanges de proximité avec ses entreprises nous ont permis de dialoguer sur notre projet et d’améliorer le choix des matériaux et leur mise en œuvre. Nous avons également bénéficié des conseils d’étudiants de l’école du bois d’Epinal (ENSTIB) qui nous ont permis de répondre à de nombreuses contraintes mécaniques. N’étant pas  spécialistes du bois, il nous a fallu un temps certain pour monter ce projet. Nous avons donc choisi de camper 3 semaines dans le lieu d’exposition et d’y réaliser de A à Z les pièces. Cette complète « immersion » nous à permis d’être au-delà du propre lieu de la « plomberie » et de bénéficier a notre tour, du regard et du savoir qu’engage tout contexte géographique, social, économique, historique et humain.
Thomas BELLOT le 28 Juillet 2011